Contrôle technique: le diesel dans le collimateur

On vous l’annonçait il y a quelques jours déjà : le nouveau contrôle technique prévu pour juillet 2019 risque d’être fort dur pour les diesels. Désormais, les fumées émises par l’échappement des véhicules diesels seront plus contrôlées. Les moteurs anciens ou encrassés sont particulièrement visés avec l’instauration de ces nouveaux contrôles. Il faudra alors que les conducteurs de véhicules gazoles soient plus attentifs que jamais.

Un contrôle technique qui se durcit pour les diesels

Chaque voiture, chaque automobiliste, est tenue de respecter le contrôle technique. C’est un passage obligatoire. De plus, il existe même des structures qui peuvent vous aider à bénéficier d’un contrôle technique pas cher. En mai 2018, le contrôle technique avait déjà subi une réforme. Mais il compte se durcir encore plus en juillet 2019. La seule différence, c’est qu’il n’y a qu’une seule partie du parc automobile français qui sera touchée par ces changements. Avec ce nouveau contrôle, les examinateurs seront tenus de bien mesurer l’opacité des fumées émises par les motorisations diesels.

A lire aussi : Découvrez les dernières tendances en matière de véhicules électriques

Ce sera difficile pour les mécaniques les plus anciennes, lesquelles sont d’ailleurs entièrement dépourvues de filtre à particules (obligatoire depuis 2011) de passer l’épreuve. Quant aux véhicules récents, il est indispensable que certains de leurs composants ne soient pas trop encrassés. Car en fin de compte, l’encrassement reste bien le fléau des diesels, en particulier ceux qui ne circulent qu’en agglomération, ou effectuent de petits parcours.

Pourquoi ce durcissement maintenant ?

En réalité, le durcissement du nouveau contrôle technique devait être appliqué depuis janvier 2019. Mais le mouvement des Gilets Jaunes a un peu secoué la France. Ce sont eux qui ont fini par contraindre le gouvernement à reporter la mesure jusqu’en juillet 2019.

A voir aussi : Les différents types de couverture d'assurance auto

https://www.youtube.com/watch?v=eGg-lDfJrVw

Il faut dire que cette décision avait été mal accueillie par la population. L’exaspération a été d’autant plus forte que, tout juste un an plus tôt, le contrôle technique avait déjà été largement refondu. Des changements qui s’accompagnaient en même temps d’une hausse considérable des tarifs.

Avec ce nouveau durcissement, les automobilistes y perçoivent une attaque directe à leur pouvoir d’achat. Un pouvoir d’achat qui peine d’ailleurs à suivre le rythme avec la hausse constante des prix de l’essence et du diesel. Le gouvernement soutient toutefois que cette décision de durcir les diesels s’inscrit avant tout dans une démarche écologique. Opacité des fumées, particules émises, seuil d’émissions… il a fallu déployer les moyens pour assurer la protection de dame-nature.

Les conséquences pour les propriétaires de voitures diesel

Les propriétaires de voitures diesel sont les premiers concernés par ce durcissement du contrôle technique. Pour eux, il s’agit d’une véritable épreuve qui peut se solder par un refus de passage au contrôle technique. Les conséquences peuvent être lourdes pour les automobilistes, car cela signifie qu’ils ne peuvent plus utiliser leur voiture tant que la réparation n’a pas été effectuée.

Et si le coût des réparations est souvent minime (remplacement de filtres à particules ou nettoyage), il peut rapidement grimper en flèche en cas de défaillance plus importante. Dans certains cas extrêmes, la facture peut même atteindre plusieurs milliers d’euros.

Pour éviter une telle situation, les propriétaires doivent donc veiller à entretenir régulièrement leur véhicule et surtout anticiper toute défaillance potentielle. Car si le coût des réparations est capital, celui du rachat d’un nouveau véhicule peut s’avérer encore plus élevé.

Il faut aussi souligner que le durcissement du contrôle technique aura un impact sur la valeur des voitures diesel sur le marché de l’occasion. Effectivement, avec des normes environnementales toujours plus strictes et un renforcement constant des mesures anti-pollution, ces modèles risquent fort de perdre leur cote auprès des acheteurs.

Cette nouvelle mesure va incontestablement peser sur le budget automobile déjà sous pression depuis quelques années maintenant.

Les alternatives au diesel pour les automobilistes

Les automobilistes se tournent de plus en plus vers des alternatives au diesel qui sont moins polluantes. Parmi elles, on peut citer les véhicules électriques, les hybrides rechargeables et les voitures à essence équipées d’un système start-stop.

Bien que ces options soient souvent considérées comme un investissement initial important, cela peut s’avérer être une solution rentable sur le long terme. Effectivement, ces véhicules ont souvent une consommation d’énergie moindre par rapport aux moteurs diesel.

Avec l’augmentation du nombre de bornes de recharge et la baisse des prix des batteries, la popularité des voitures électriques ne fait qu’augmenter. Les conducteurs n’ont donc pas besoin de s’inquiéter quant à la disponibilité d’une infrastructure adéquate pour recharger leur voiture.

Vous devez encourager ces alternatives en offrant notamment des incitations financières et fiscales. Cela permettrait non seulement aux propriétaires actuels, mais aussi aux futurs propriétaires, d’envisager facilement cette transition.

Rappelons qu’il existe toujours, certainement marginalement, le choix entre utiliser son propre vélo ou prendre les transports publics pour certains trajets domicile-travail afin de limiter sa contribution à la pollution atmosphérique générée dans nos villes.