Contrôle technique: le diesel dans le collimateur

On vous l’annonçait il y a quelques jours déjà : le nouveau contrôle technique prévu pour juillet 2019 risque d’être fort dur pour les diesels. Désormais, les fumées émises par l’échappement des véhicules diesels seront plus contrôlées. Les moteurs anciens ou encrassés sont particulièrement visés avec l’instauration de ces nouveaux contrôles. Il faudra alors que les conducteurs de véhicules gazoles soient plus attentifs que jamais.

Un contrôle technique qui se durcit pour les diesels

Chaque voiture, chaque automobiliste, est tenue de respecter le contrôle technique. C’est un passage obligatoire. De plus, il existe même des structures qui peuvent vous aider à bénéficier d’un contrôle technique pas cher. En mai 2018, le contrôle technique avait déjà subi une réforme. Mais il compte se durcir encore plus en juillet 2019. La seule différence, c’est qu’il n’y a qu’une seule partie du parc automobile français qui sera touchée par ces changements. Avec ce nouveau contrôle, les examinateurs seront tenus de bien mesurer l’opacité des fumées émises par les motorisations diesels.

A lire également : Quel type de chauffage choisir pour son habitation ?

Ce sera difficile pour les mécaniques les plus anciennes, lesquelles sont d’ailleurs entièrement dépourvues de filtre à particules (obligatoire depuis 2011) de passer l’épreuve. Quant aux véhicules récents, il est indispensable que certains de leurs composants ne soient pas trop encrassés. Car en fin de compte, l’encrassement reste bien le fléau des diesels, en particulier ceux qui ne circulent qu’en agglomération, ou effectuent de petits parcours.

Pourquoi ce durcissement maintenant ?

En réalité, le durcissement du nouveau contrôle technique devait être appliqué depuis janvier 2019. Mais le mouvement des Gilets Jaunes a un peu secoué la France. Ce sont eux qui ont fini par contraindre le gouvernement à reporter la mesure jusqu’en juillet 2019.

A voir aussi : Emballage, conditionnement et stockage – Logistique conseil

Il faut dire que cette décision avait été mal accueillie par la population. L’exaspération a été d’autant plus forte que, tout juste un an plus tôt, le contrôle technique avait déjà été largement refondu. Des changements qui s’accompagnaient en même temps d’une hausse considérable des tarifs.

Avec ce nouveau durcissement, les automobilistes y perçoivent une attaque directe à leur pouvoir d’achat. Un pouvoir d’achat qui peine d’ailleurs à suivre le rythme avec la hausse constante des prix de l’essence et du diesel. Le gouvernement soutient toutefois que cette décision de durcir les diesels s’inscrit avant tout dans une démarche écologique. Opacité des fumées, particules émises, seuil d’émissions… il a fallu déployer les moyens pour assurer la protection de dame-nature.

Partager avec: