L’Hawaii de Corée : Visite de Jeju, l’île paradisiaque de l’Asie

Jeju, île enchanteur de la Corée

L’escargot de mer qui m’est offert est aussi gros que ma paume, dévoilant la lueur à l’intérieur de sa coquille qui se tortille furieusement. Ma guide est ravie. “Les ormeaux sont délicieux. Et généralement très chers, surtout quand ils sont si frais”. C’est difficile de dire non à un tel ordre, surtout quand la main qui tient le mollusque jaunâtre est attachée à une Coréenne de 81 ans qui, quelques heures auparavant, l’a arraché des profondeurs de la mer de Chine orientale, rempli d’algues. Les deux femmes me sourient méchamment, car il est rapidement coupé et nettoyé. Caoutchouteux, salé et sucré, avec un arrière-goût légèrement beurré, il n’a pas le goût de ce que j’ai mangé auparavant.

Pendant que le vendeur d’ormeaux glousse, ma guide et moi continuons notre promenade, nous passons sous des falaises qui ont été fouettées par le vent en mouchetures et boucles. De loin, ils semblent noirs, mais de près, ils sont gris, bruns rouilles et ocres.

A lire également : Panorama, la station de ski canadienne qui coûte moins cher que les Alpes françaises

Le sentier accidenté, moitié dalle érodée, moitié roche nue, avec quelques sauts au-dessus de profonds gisements rocheux, n’est accessible qu’à marée basse.

Sur la côte de Yeongmeori à Jeju, une île volcanique située à 90 km au sud-ouest de la péninsule coréenne, les habitants les plus intéressants de la province sud-coréenne sont les haenyeo, des plongeuses qui ramassent les conques et les mollusques avec rien d’autre qu’une combinaison de plongée et une ceinture de plomb. Bon nombre d’entre elles sont âgées de soixante-dix à quatre-vingts ans.

A lire aussi : Exploration des villes samouraïs du sud du Japon, des paysages marins magnifiques et des temples anciens

Après des heures dans l’eau, elles enlèvent leurs anoraks brillants et s’assoient sur des chaises en plastique colorées avec leurs prises affichées dans des seaux à leurs pieds. Les conques magentas et mandarines sont brillamment compensées par la roche sombre, tandis que les femmes regardent le long de la côte, le Mont Sanbangsan en forme de dôme et un temple doré gravé sur la ligne d’horizon.

Il y en a pour tous les goûts

Les eaux vierges de Jeju, les forêts verdoyantes et luxuriantes, le basalte riche et les montagnes vallonnées attirent chaque année des millions de touristes de la Corée du Sud, de Chine et d’Asie. “Nous aimons penser que nous sommes l’Hawaï de la Corée”, m’a dit ma guide quand j’atterris dans la capitale, Jeju City. Mais Jeju n’a pas besoin de se comparer à d’autres villes pour se justifier en tant que destination pour ceux d’entre nous qui viennent d’ailleurs.

Elle regorge de cascades, de plages de sable blanc, de sentiers de randonnée pittoresques et, est riche en culture. Sur ses 1.953 km², il y a 100 musées, chacun consacré à un sujet distinctif : un musée Hello Kitty, un musée de l’amour et du sexe, un musée de la roche, un musée des ours en peluche. Elle possède 3 sites du patrimoine mondial naturel de l’Unesco : Hallasan, la plus haute montagne de la Corée du Sud ; Geomunoreum Lava Tubes, un réseau souterrain de lave qui traverse l’île ; et Seongsan Ilchulbong, un extraordinaire cône de tuf avec son sommet coupé, formé par un volcan en éruption.

L’après-midi suivant, sur une plage de sable noir, à l’ombre du Seongsan Ilchulbong, un groupe du Haenyeo montre leur savoir-faire. Avant de nager jusqu’à leurs sites de plongée marqués par des bouées oranges, les grands-mères en combinaison mouillée commencent à chanter. Ce qui leur manque en hauteur,elles le compensent en volume. “Qu’est-ce qu’elles chantent ?” Je demande à la femme assise à côté de moi, qui, il y a quelques instants, m’avait demandé d’où je venais : ” Le Miséricordieux dieu dragon de la mer… bien que nous ayons de la chance avec tant d’ormeaux et de conques… laissez-moi plonger en paix “, traduit-elle.

L’ancien et le nouveau

Jeju est pleine de mythes et de folklore. Connue comme l’île aux 18.000 dieux, elle abrite une longue tradition chamanique héritée de la Sibérie orientale. Peu de gens croient aujourd’hui au mythe de Seolmundae, la grand-mère géante qui a créé l’île en transportant de la terre dans ses jupes, mais la légende est soigneusement préservée dans le cadre du patrimoine culturel de Jeju. On pense que le fait d’avoir une divinité féminine au centre du mythe de la création a donné naissance au concept des femmes Jeju fortes comme les haenyeo. La plongée était autrefois une activité masculine, mais la situation a changé au XVIIe siècle, lorsque le roi de Corée a enrôlé un grand nombre de coréens dans son armée, tout en exigeant que de grandes quantités d’ormeaux lui soient envoyées en guise d’hommage.

L’architecture de l’île est extraordinaire : des constructions élégantes et modernistes en verre et en béton broyé qui semblent provenir directement des pages d’un magazine de design. Dispersées sur toute l’île, elles contrastent avec le paysage, qui peut être une végétation tropicale luxuriante, des lignes de théiers épurées, des piles de roches volcaniques de mauvaise humeur, ou ce cône de tuf tronqué.

40 minutes suffisent pour monter les marches en bois qui vous mènent au sommet du pic concave du Seongsan Ilchulbong, “le château des montagnes” comme on l’appelle. C’est au lever du soleil que les vues sont les meilleures.

Le cône est attaché à l’île par une fine barre de sable, et pendant que nous grimpons, je regarde en arrière et vois la ville de Jeju prendre vie à travers la brume matinale pendant que ses habitants se réveillent.  Ma guide et moi sommes tous les deux essoufflés lorsque nous atteignons le sommet, bien qu’elle souligne que ses jambes sont un tiers plus courtes que les miennes, et nous regardons par-dessus la lèvre du cratère volcanique de 600 m de large. On dirait que le sommet de la montagne a été soulevé avec une boule à glace géante et rempli d’herbe.

A travers les nuages, je peux juste voir la mer au-delà. Même si c’est l’aube, c’est occupé. Jeju est un pot de miel pour le tourisme, le saut de 451 km de Séoul est le vol le plus fréquenté de la planète, avec plus de 13 millions de passagers de vol entre les deux aéroports effectués l’année dernière. Il semble qu’une grande partie d’entre eux soit ici ce matin.

Ce sommet est l’image qui est projetée sur les brochures touristiques de Jeju, et chaque centimètre de la plateforme d’observation est rempli de gens qui s’agrippent à des bâtons de selfie.

Alors que nous redescendons les marches, je demande à ma guide  si elle pense un jour à aller vivre sur le continent. “Pas question !” dit-elle. “Tout le monde du continent veut venir ici. Les gens partaient pour aller travailler dans les villes, mais c’est l’inverse de nos jours”.

Il est facile de comprendre pourquoi. Alors que nous approchons de la fin de notre descente, les nuages se séparent et le flanc de la montagne prend de la couleur.

L’une des premières choses qui m’a frappé quand je suis arrivé à Jeju a été la qualité de la lumière : un or riche qui baigne tout dans une teinte claire et chaude. Les bleus de la mer sont plus profonds, les rouges des chalutiers lointains sont plus lumineux, l’émeraude des plantes plus vives. C’est vraiment l’impression d’un autre monde, mais un monde navigable, fascinant et accueillant. Sauf, peut-être, pour les escargots de mer.

Les essentiels du voyage

  • Les billets pour marcher sur le chemin qui longe la côte de Yongmeori coûtent 2500 wons (2 euros).
  • L’entrée au Seongsan Ilchulbong 2000 wons (1,64 euros) et
  • les tubes de lave volcanique de l’île de Jeju sont inscrits au patrimoine naturel mondial de l’Unesco.
  • Vous pouvez marcher à travers 1 km de la grotte de Manjanggul pour 2000 won (1,70 euros). Suivez une piste jusqu’à la “House of Women Divers” une fois que vous ayez passé le péage pour monter à Seongsan Ilchulbong et assister à la manifestation haenyeo. Gratuite entre 13h30 et 15h30.

Pour s’y rendre

La plupart des vols à destination de Jeju partent de Gimpo (l’aéroport national de Séoul) ou de Busan.

Les compagnies aériennes comprennent Asiana et Korean Air et les tarifs aller-retour coûtent environ 26 euros, tandis que British Airways, Asiana et Korean Air volent tous directement à Séoul à partir de Heathrow à partir de 464 euros.

Pour se déplacer

  • Le moyen le plus simple de se déplacer est de louer une voiture. Il est mieux de la réserver en ligne au moins 1 mois avant par un conducteur possédant un permis de conduire international.
  • L’île est bien desservie par les bus. Un nouveau système de bus express vous permet de vous rendre dans pratiquement n’importe quelle partie de l’île en deux heures de bus pour un coût maximum de 3 000 won (2,45 euros).
  • Une carte de transport rechargeable, que vous pouvez vous procurer dans un kiosque à l’aéroport ou aux alentours de l’île, facilitera vos déplacements.
  • 25 sentiers pédestres qui s’étendent sur la côte sud de l’île, serpentent à travers les forêts, les montagnes et le long des plages. L’un des meilleurs moyens de faire connaissance avec l’île est de parcourir au moins un tronçon de l’un des itinéraires le long de l’Olle de Jeju, qui s’étend sur plus de 200 kilomètres (124 miles) de sentiers pédestres.

Où loger ?

  • Yeha Guesthouse possède des chambres d’hôtes propres de 38 euros un B&B. Dans Seogwipo.
  • L’hôtel Park Sunshine dispose de vastes chambres et des fenêtres donnant sur le plafond, avec une vue de la nature environnante.
  • Le beachfront Kensington Hotel Jejuin Jungmun, le centre de villégiature, est un hôtel cinq étoiles suisse, avec piscines à débordement et un énorme buffet de petit déjeuner. Double à partir de 236 euros, B&B.

Que manger ?

Le barbecue coréen de base samgyoepsal (gras, tranches stratifiées du ventre de porc) vient du porc noir indigène sur Jeju. C’est facile à trouver dans toute l’île, mais essayez le jardin Udo Ilchul Haeolle Garden sur l’île satellite d’Udo.

La bouillie salée à base de riz qui prend sa teinte verte des entrailles de l’abalone est un autre aliment de base Jeju. Myeongjin Jeonbok, qui ne sert que des plats à base d’ormeaux, est très populaire, mais soyez prêt à faire la queue.

Jeju est célèbre pour ses deux variétés de mandarines sucrées : gamgyul et hallabong, en saison d’octobre à février. Choisissez le vôtre à Baengnokdam Farm pour 3 500 won (2,85 euros) le kilo.

Partager avec: